Hanoi aux 36 rues et corporations

Les 36 rues de corporations d’Hanoi sont le plus vieux quartier commerçant de la ville. Elles témoignent d’une grande richesse culturelle et historique de la vieille ville de plus de 1000 ans.

En effet, les rues de métiers ont commencé à se développer à partir du XVe siècle. Ce quartier se trouvait auparavant à l’extérieur de la Cité impériale de Thang Long où habitaient les petits commerçants et les habitants. Situés au nord et à l’est du quartier de Hoan Kiem, soit en plein centre ville de Hanoi, le vieux quartier peut être rejoint facilement depuis le lac de Hoan Kiem. Voilà une bonne balade à compléter avec un bon déjeuner pour découvrir la cuisine unique du Vieux-Quartier de Hanoi.

>>> Les meilleurs restaurants de Hanoi

Une rue pour un métier

Le point commun à toutes les rues du vieux quartier est que leurs noms se composent de mot principal « Hang » suivi du nom du métier. « Hang » signifie marchandise ou magasins. À l’origine, chaque rue permettait d’écouler les marchandises d’un des villages de métier aux alentours d’Hanoi. C’est donc par rue entière que de véritables corporations s’y sont déployées. En effet, des artisans et marchands, originaires de villages spécialisés dans différents artisanats, se sont installés et y ont développé leurs activités.

Au coeur du Vieux-Quartier de HanoiChaque rue porte donc le nom du produit ou du domaine d’artisanat que la corporation installée exerçait. De nos jours, seules quelques rues continuent d’exercer leur métier traditionnel et ont ainsi conservé leur spécificité d’origine, parmi lesquelles :

  • Chả cá : rue des poissons grillés
  • Hàng Bac : rue de l’orfèvrerie
  • Hàng Chiêu : rue des nattes en jonc
  • Hàng Dông : rue du cuivre
  • Hàng Mã : rue des objets votifs
  • Lan Ông : plantes médicinales
  • Lò Rèn : rue des forgeron

Ces divisions par secteur de vente sont toujours très fréquentes mais elles se sont évidemment adaptées au monde moderne. Certaines rues n’ont donc plus rien à voir avec leur corporation d’origine. Dans la liste suivante vous découvrirez le nom de la rue, sa signification et sa nouvelle spécialisation :

  • Hàng Dào : rue de la soie → montres
  • Hàng Mắm : rue des saumures de poisson → stèles funéraires
  • Hàng Gai : chanvre → soie et lin
  • Hang Vải : rue des tissus → bambou
  • Hàng Cân : rue des balances → cartons et ficelles
  • Hàng Mành : rue des rideaux en bambou → instruments de musique
  • Hàng Bồ : rue des paniers → mercerie
  • Hàng Giây : rue du papier → friandises
  • Hàng Nón : rue des chapeaux → tapisserie / peinture
  • Hàng Quạt : rue des éventails → autel
  • Thuốc Bắc : rue des herbes médicinales → outillages et balances

La « spécialité » du vieux quartier de Hanoi

L'architecture des maisons de HanoiLes anciennes maisons-tubes agglutinées avec leurs toits en tuiles sont devenues un symbole typique du vieux quartier. D’ailleurs, vous serez surpris par la minceur de la façade de ces bâtiments. Le propriétaire du bâtiment l’avait conçue très étroite car, à l’époque, les impôts étaient déterminés par rapport à la largeur de la façade de vente. Les bâtiments longs et étroits comprennent le stockage des marchandises et l’espace de vie à l’arrière, ce qui explique leur nom « maisons-tubes ».

 

Les petites ruelles distinctives des 36 rues de corporations de HanoiEn fait, une maison peut abriter plusieurs foyers d’une grande famille de différentes générations. Par conséquent, les impasses très étroites, longues, sombres et humides se sont formées pour que les membres de la famille puissent accéder chez eux. De fait, les dédales de petites ruelles enchevêtrées forment en quelque sorte l’âme du vieux quartier. En effet, on y trouve une des valeurs les plus précieuses de la culture et de la vie trépidante des Hanoiens.

Le témoin de l’histoire

Les vieilles rues de Hanoi cachent également les élites de la culture traditionnelle de la ville de mille ans. En effet, la valeur historique, culturelle et religieuse est conservée dans l’édification de Dinh (temple permettant d’honorer les ancêtres fondateurs des métiers), de Chua (celui rendant hommage aux héros de la guerre et faisant le culte au Bouddha).

Vous pouvez ainsi admirez les Dinhs suivants pour apprendre plus sur la façon dont le culte aux ancêtres des métiers est pratiqué dans cette extraordinaire ville :

Les temples dédiés aux maîtres des corporations de HanoiDinh dédié à l’ancêtre du métier de l’orfèvrerie :
Dinh Kim Ngân – 42 Hàng Bac, Hoàn Kiếm, Hanoi

Ainsi que celui rendant hommage au patron des tanneur et cordonnier :
Dinh Pha Truc Lâm – 40 Hàng Hành, Hoàn Kiếm, Hanoi

Le temple rendant le culte à l’ancêtre des éventails :

Dinh Xuan Phien Thi – 4 Hàng Quạt, Hoàn Kiếm, Hanoi

L’ancêtre de peinture :

Temple de Ha Vy – 11 Hàng Hòm, Hanoi

L’ancêtre de teinture :

Dinh Hoa Loc Thi – 90 Hàng Đào, Hanoi

L’ancêtre des forgerons :

Dinh Lo Ren – 1 Lò Rèn, Hanoi

L’identité du vieux quartier de Hanoi

A toutes ces boutiques spécialisées s’ajoutent les vendeurs de fruits, de beignets, les restaurants ambulants et les cuisines de ruelles et bien sûr le flux continu des Hanoïens qui fait partie intégrante de l’atmosphère de ce quartier. Pour en savoir plus sur la nourriture, « Hanoi aux trente-six quartiers » (Thach Lam, Édition de Frémillerie) est un des livres à lire avant de partir au Vietnam. De fait, ce livre reflète les Hanoiens : le plaisir de goûter de bonnes choses à travers les yeux d’un gourmet.

Entre passé et modernité, en jonglant de nattes de joncs aux montres derniers cris, errer à pieds dans ce quartier mythique reste le meilleur moyen de s’immerger dans l’âme et l’effervescence de Hanoi.

Par ailleurs, louer une moto ou un scooter et faire une visite autour de Hanoi est une manière intéressante de découvrir les meilleurs coins de la capitale, surtout la circulation chaotique de cette ville.

Coup de coeur : En fonction du moment de la journée ce district se métamorphose et devient méconnaissable d’une heure à l’autre. Ainsi, le plus fabuleux est d’y déambuler entre 6h et 8h du matin pour assister à l’éveil de ce quartier et passer des rues désertes au tumulte de la circulation matinale.