Le palais An Dinh de Hué

Le Palais An Dinh est situé sur les bords du canal An Cuu dans la splendide ville impériale de Hué. Construit au début du XXème siècle, il fut le lieu de résidence de Nguyen Phuc Buu Dao, fils aîné de l’empereur Dong Khan et qui deviendra plus tard l’empereur Khai Dinh. Ce superbe palais est un bel exemple de l’architecture néoclassique qui emprunte des éléments d’influence européenne et asiatique. Nous vous emmenons pour une découverte de ce palais souvent omis lors d’une visite de Hué mais qui mérite le détour !

L’histoire du Palais An Dinh de Hué

Les grandes heures du Palais An Dinh (1902-1945)

L’histoire de ce morceau du patrimoine vietnamien commence en 1902. Le prince héritier Nguyen Buu Dao choisit ces terres pour se construire une résidence privée loin de la citadelle impériale qui grouillait alors d’ennemis. Mais c’est à partir de 1917 que le Palais An Dinh prend toute sa splendeur. Un peu moins d’un an plus tôt, Nguyen Buu Dao accède au trône sous le nom de Khai Dinh (dont le tombeau fait d’ailleurs partie des visites incontournables à Hué). Il décide de rénover et d’agrandir le palais dans un style plus moderne et empreint d’occidentalisme. On y trouve alors du carrelage à motif importé de France ainsi que des moulures représentant des fleurs, du raisin ou encore des anges. Néanmoins, ce style européen se mélange bien évidemment avec des thèmes décoratifs orientaux comme le phoenix et le dragon.

>>> Les plus beaux tombeaux impériaux de Hué

Le palais An Dinh dans le passé (1920)

Le Palais An Dinh représente donc très bien son époque. Le tiraillement incessant de la royauté vietnamienne entre sa culture et la culture de l’occupant français. Et c’est pourquoi il est un fantastique témoin de la période coloniale du début du XXème siècle.

À partir de 1919, l’empereur Khai Dinh offre son palais à son fils, le prince Vinh Thuy (qui deviendra plus tard l’empereur Bao Dai), qui en fait sa résidence privée. Celle-ci est accueille notamment des dignitaires étrangers et du protectorat mais aussi de nombreux banquets et performances artistiques. Il s’agissait donc d’un magnifique cadre, loin de la cour impériale et qui permettait donc davantage de liberté.

Un palais sans empereur (1945-2002)

La Palais An Dinh n’est bien sûr pas épargné par les temps troublés que connaît le Vietnam à partir de 1945. À l’abdication de l’empereur Bao Dai, la famille royale quitte la cité impériale pour s’installer dans cette résidence. Elle devient alors un véritable lieu de vie pour toute la famille jusqu’à ce qu’elle quitte définitivement le pays. Seule la Reine Mère Tu Cung a vécu dans le Palais An Dinh jusqu’en 1957, avant de déménager dans une petite maison près du palais jusqu’à sa mort en 1980.

La façade du palais An Dinh de Hué

À partir le 1957, le palais trouve différentes utilités. Tantôt restaurant, dortoir, usine ou encore salle de classe, les années passent et le palais se dégrade dangereusement. Les décorations, moulures et peintures sont limées, effacées ou blanchies et le bâtiment tombe doucement et sûrement en ruine.

Intérieur du Palais An Dinh de HuéUn nouveau souffle (2002 à nos jours)

En 2002, avec les ambitions touristiques et patrimoniales de la ville de Hué, un programme de restauration est lancé par le Centre de Conservation des Monuments, en partenariat avec le Ministère des Affaires Étrangères Allemand. De nombreux experts, notamment venus de l’Association d’Échange Culturel de Leibniz se rendent sur place afin de redonner au Palais An Dinh toute sa splendeur d’antan.

Après près de 5 ans de travail, il est de nouveau possible d’apprécier les peintures et les moulures du palais mais aussi de nombreuses pièces de mobilier de la dynastie Nguyen qui permettent aux visiteurs de se replonger dans les dernières heures de l’époque impériale vietnamienne. De plus, le Palais An Dinh retrouve aussi sa fonction de demeure d’artistes puisque des expositions sont souvent organisées dans ces murs.

 

Architecture et œuvres d’art du Palais An Dinh

Le belvédère et la grande porte du palais

Comme nous vous l’expliquions précédemment, ce palais est un véritable mélange entre style européen et oriental. Ainsi bien que l’on puisse avoir l’impression de se retrouver face à un château français, la grande porte et les détails décoratifs sont de parfaites preuves que l’on se trouve bien au Vietnam.

Bien que certains bâtiments ont aujourd’hui disparu, notamment le théâtre Cuu Tu Dai, le palais abrite encore 22 pièces au style unique mais aussi un joli belvédère qui abrite aujourd’hui une statue de bronze à l’échelle de l’empereur Khai Dinh.

En plus du joli mobilier de la dynastie Nguyen, on trouve 6 peintures à l’huile murales dans le hall principal du palais. Leur cadre est tout aussi magnifique puisqu’il s’agit de bois sculpté représentant notamment des fleurs d’abricotier et des feuilles de lotus.

Les peintures du palais
En bref, le Palais An Dinh a connu ses heures de gloire et ses heures sombres. Mais désormais, il brille à nouveau pour le plaisir des visiteurs. Bien que Hué regorge de somptueux monuments, ce palais est souvent oublié mais il est un monument unique qui permet au voyageur de se plonger dans l’histoire moderne du Vietnam.

Visiter le Palais An Dinh

Le Palais An Dinh est situé au numéro 179 de la rue Phan Dinh Phung de Hué. Le ticket d’entrée est entre 50 et 100 000 dong selon les saisons.

Vous pourrez ensuite dans le palais à votre guise. Le magnifique décor rend le palais très photogénique, il n’est donc pas rare de croiser de nombreux jeunes Vietnamiens qui viennent se photographier. Si vous êtes photographes, le Palais An Dinh sera donc un superbe terrain de jeu !

Le palais est ouvert au public tous les jours de 7h du matin jusqu’à 17h. Nous vous recommandons de vous y rendre tôt le matin si vous souhaitez profiter de votre visite dans une ambiance un peu plus calme.

Et pour le découvrir le Palais An Dinh et toutes les merveilles de Hué :
>>> La grande traversée du Vietnam en 15 jours
>>> Découvrir le Vietnam en famille

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *