Sbek Thom

À la tombée de la nuit, les scènes en plein air de Siem Reap se préparent pour accueillir l’une des formes d’art les plus anciens du Cambodge, le théâtre d’ombres khmer. Le Sbek Thom, le terme khmer de cet art, fut considéré, avec le ballet royal Apsara et le théâtre masqué, comme un art classique sacré durant la période angkorienne.

Sbek Thom

Sbek Thom, un reflet du riche folklore khmer

Il s’agit d’une forme ancienne de narration et de divertissement. Elle met en scène de grandes figures de cuir découpées se tenant entre une source de lumière et un écran ou un canevas translucide. Il est probablement naît en Chine ou en Inde au premier millénaire avant notre ère. Le Sbek Thom aurait pu être inspiré par l’Inde et atteindre le Cambodge avec l’afflux de coutumes et traditions indiennes.

Sbek Thom Cet art était à son apogée durant la période angkorienne et dédié à cette époque aux divinités. Il n’eut lieu que trois ou quatre fois par an pour des occasions spécifiques comme le Nouvel an khmer, l’anniversaire du roi ou la vénération de personnages illustres. Après la chute de l’empire khmer, le théâtre d’ombres devint une forme d’art artistique présentée à travers le pays pour le divertissement, tout en conservant toutefois sa dimension rituelle.

Les performances racontaient généralement l’histoire épique de Reamker, la version cambodgienne de Ramayana. Cette dernière épopée constitue l’une des épopées hindoues les plus connues sur le combat entre les génies et les esprits malfaisants, y compris des héros célèbres tels que le prince Rama, la reine Sita et le singe divin Hanuman. Il s’agit d’une représentation sacrée, présentant les croyances khmères fondée sur les mythologies de l’hindouisme et du bouddhisme. La pièce est souvent accompagnée de l’orchestre Pinpeat qui joue de la musique cérémonielle des cours royales et des temples du Cambodge.

Le Sbek Thom et ses délicates figurines de cuir

Les marionnettes du théâtre d’ombres sont taillées dans une seule pièce de cuir fabriqué à partir de peau de vache. Le cuir est tout d’abord teinté à l’aide d’une solution provenant d’écorce d’un arbre appelé « kandaol ». Ensuite, les artisans dessinent la figurine sur le cuir teinté, puis le cisèlent et le peignent avant de la fixer sur deux tiges de bambou qui permettront aux manipulateurs d’animer la figurine. La confection manuelle, très méticuleuse, de marionnettes peut durer jusqu’à 20 jours.

Sbek Thom

Lors du découpage, les artistes doivent porter un vêtement blanc, s’abstenir de boire de l’alcool et mener une vie saine. D’ailleurs, le cuir utilisé pour les marionnettes doit également provenir d’une vache qui est morte de causes naturelles plutôt que d’être abattue. Aujourd’hui, les marionnettes ne sont pas seulement utilisées pour les représentations artistiques, mais aussi destinées à la décoration de la maison.Sbek Thom

Différente des autres formes de marionnettes, les figurines de Sbek Thom sont grandes, de 1 à 2m de haut, et non articulées. Dans lesquelles les personnages sont ciselés dans un cadre. Les représentations ont toujours lieu en plein air à la tombée de la nuit. L’ombre de la silhouette de la marionnette est projetée sur un écran blanc à l’aide d’un grand feu, tandis que le manipulateur leur donne vie en effectuant des pas de danses précis et spécifiques. Outre ces grandes figurines en cuir, il existe également des marionnettes beaucoup plus petites et articulées. Il s’agit de celles du Sbek Touch, une autre forme du théâtre d’ombres, qui racontent des histoires de la vie quotidienne et de la condition humaine (théâtre comique et parodique).

Où assister à un spectacle du Sbek Thom ?

Comme la plupart des arts traditionnels cambodgiens, le Sbek Thom ainsi que les figurines furent détruites sous le régime répressif des Khmers Rouges qui a quasiment anéanti cet art sacré. Depuis 1979, le théâtre d’ombres a pu renaître de ses cendres et retrouva progressivement sa renommée. En 2008, le Sbek Thom a été donc inscrit à la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité par l’UNESCO. Aujourd’hui, les visiteurs du Cambodge n’ont pas à attendre une occasion spéciale pour assister aux représentations du théâtre d’ombres. En fait, il est même possible d’assister presque tous les jours ces performances artistiques et historiques dans ces destinations suivantes :

Sovannaphum Arts Association & Art Gallery, numéro 166, rue 99, Phnom Penh

Bambu Stage, Krong Siem Reap

Cambodian Living Arts, Boulevard Samdach, Phnom Penh

 

Et pour découvrir la culture khmère sous toutes ces formes :

> Une grande traversée khmère

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *