Les chams : Une civilisation, un royaume, une ethnie

Une légende raconte qu’une jeune paysanne Cham du nom de Po Nagar, originaire de la province de Khanh Hoa au Vietnam, dériva en mer sur un morceau de bois de santal. Arrivant jusqu’en Chine, elle maria le fils de l’Empereur qui la nomma reine du Champa. Mais dépassée par la pression de son mari, elle décida de retourner dans son royaume sur son morceau de bois de santal. Furieux, le fils de l’Empereur mit les voiles vers le royaume Champa pour récupérer sa femme, mais elle changea lui et sa flotte en pierre. Voilà comment serait né le royaume de Champa.

Une brève histoire de la civilisation Cham

Un exemple de sanskrit utilisé dans la culture cham

Naissance et âge d’or du royaume Champa

Dans les faits, l’histoire de la civilisation Cham est un peu différente. Ce royaume, situé dans le centre et le sud du Vietnam serait en réalité né lors de la chute de la dynastie Han en Chine. En 192, le royaume de Lam Ap (situé dans la région de Hué) se détache de la Chine pour prendre son indépendance et pose ainsi les bases du royaume Cham. Le peuple qui habite ces régions descend d’habitants de l’île de Bornéo, arrivés il y a plusieurs milliers d’années. Au IVème siècle, le royaume s’empare du Funan (l’ancêtre de l’empire Kmher) et la culture hindouiste se diffuse progressivement dans la société cham. On écrit en sanskrit et on y vénère Shiva, la société se structure aussi autour de castes. L’un des meilleurs exemples de cette influence est sans aucun doute le sanctuaire de My Son qui restera l’un des cœurs religieux du royaume pendant plusieurs siècles.

Du VIIIème au Xème siècle, le royaume de Champa vit un véritable âge d’or, malgré les conflits avec les royaumes Javanais,  Khmers et du Dai Viet. Les Chams sont d’excellents commerçants et pirates grâce à leur position centrale sur les routes commerciales qui relient la Chine et l’Empire Abbasside au Moyen-Orient. La capitale d’Indrapura (près de l’actuelle Da Nang) est un véritable cœur économique et politique qui se développe parallèlement avec Angkor. C’est vers la fin du Xème siècle que l’islam est introduit dans la culture cham, notamment par l’intermédiaire des marchands venus du Moyen-Orient.

Guerres et déclin de la civilisation Cham

L'empire cham au Xème siècle

Mais à partir du Xème siècle, cette rivalité entre le royaume des Chams, des Khmers et du Dai Viet va petit à petit mener cette civilisation à sa perte. En effet, avec la victoire de Ngo Quyen sur les Chinois en 938 lors de la bataille de Bach Dang, le Dai Viet assure ses arrières et peut se concentrer sur ses ennemis du sud : les Chams. Après une attaque ratée sur la capitale de Hoa Lu, les Chams subissent des représailles et se voient forcés d’abandonner Indapura et d’établir leur capitale plus au sud, à Vijaya (près de l’actuelle Quy Nhon) aux alentours de l’an 1000. Ce XIème siècle sera marqué par une succession de guerres et de bataille avec ses voisins Khmers et du Dai Viet qui mènent notamment au sac de Vijaya par les Vietnamiens en 1069 et par les Khmers en 1080. Seul fait d’arme grandiloquent de la civilisation Cham à cette époque, le pillage d’Angkor en 1177 en représailles de l’occupation du royaume Champa par les Khmers de 1145 à 1149.

Jusqu’au milieu du XVème siècle, les guerres et les traités de paix se succèdent avec leurs voisins. Mais en 1469 l’empereur du Dai Viet, Lê Thanh Tông lance une attaque fatale sur le royaume Cham qui conduira à la perte de leur capitale Vijaya en 1471 et à l’annexion d’une grande partie de leur territoire. Cette annexion conduit à un exode majeur des Chams vers le Cambodge et Malacca. Les Chams établissent désormais leur capitale encore plus au sud, au Panduranga près de l’actuelle ville de Phan Rang.

Il s’agira d’une période qui marque le début d’un lent colonialisme du royaume Champa par le Dai Viet particulièrement au XVIIème siècle. Ce lent grignotage du territoire cham se conclura en 1822, lorsque l’empereur Minh Mang absorbe définitivement les dernières miettes de l’ancien royaume Champa.

 

L’ethnie cham au Vietnam

La fin du royaume Champa ne marque pas la fin de la civilisation cham, son peuple n’a pas pour autant disparu et on trouve encore aujourd’hui des représentants de l’ethnie Cham, particulièrement au sud-est du Vietnam et au Cambodge. D’ailleurs, au Vietnam, l’ethnie Cham constitue l’une des 54 ethnies qui composent le pays.

La religion chez l’ethnie cham

On compte environ 160 000 individus dans le pays, qui se divisent principalement en deux groupes les Cham Bani qui sont mulsulmans et les Ba Cham qui sont de culture hindouiste. En ce qui concerne les Cham Bani, ils suivent un islam un peu différent et isolé. En effet, cette pratique de l’islam est profondément marquée par des croyances et coutumes locales. Mais l’une des croyances communes à ces deux branches de l’ethnie Cham est le culte de la déesse Po Nagar, qui comme nous l’expliquions précédemment, est considérée comme la créatrice du royaume Champa.

Un festival de l'ethnie chamL’organisation sociale de l’ethnie cham

Le système familial des Cham diffère selon leur région d’origine. Au sud, le système familial est patriarcal. Plus au nord, il s’agit d’un système matriarcal où la sœur aînée tient généralement le rôle de chef de famille. Elle héritera notamment de la propriété familiale mais tiendra également un rôle important lors des cérémonies. Et étant donné que la femme joue un rôle important dans la société cham, la femme cham prend l’initiative lors d’un mariage et un couple de jeune marié vivra donc dans la famille de l’épouse. Aussi, les membres d’une même lignée seront enterrés au même endroit que leur mère.

Quelques fêtes et festivals de l’ethnie cham

La fête de Katé est sans aucun doute la plus importante de l’ethnie cham. Cette célébration qui se tient généralement en octobre, vise à rendre hommage aux ancêtres et aux héros de la civilisation cham dont certains rois déifiés du royaume Champa. Les célébrations de Katé se tiennent généralement dans les anciens temples chams et on y pratique la musique et la danse. Il s’agit d’une belle opportunité de s’immerger dans culture cham.

Le festival de Po Nagar est aussi un moment important de la culture cham. Cette célébration se tient à Nha Trang et rend hommage à la déesse fondatrice du royaume Champa.

Enfin, pour les Cham Bani, le ramadan est également pratiqué. Néanmoins, celui diffère quelque peu de celui pratiqué par les musulmans du Moyen-Orient.

L’ethnie cham possède donc une culture complexe aux influences diverses. Témoins d’un passé et d’une histoire, eux aussi, au confluent de nombreuses cultures. La position géographique du royaume Champa, l’origine de son peuple et ses contacts avec de nombreuses civilisations ont forgé une culture tout à fait unique au Vietnam et en Asie.

Bien souvent considéré comme une civilisation oubliée, le fait que l’ethnie cham est encore présente aujourd’hui est une belle preuve que le royaume Champa a profondément marqué l’histoire de la péninsule indochinoise. La concurrence avec l’empire khmer dans le passé mais aussi dans l’archéologie a quelque peu effacé la civilisation cham. Pourtant, aujourd’hui on peut encore s’y plonger par la découverte de l’ethnie cham mais aussi des vestiges du royaume Champa parsemés à travers le Vietnam.

 

Découvrir les vestiges de la civilisation cham au Vietnam

Le musée de la sculpture Cham de Da Nang

La sculpture cham

Ce musée créé et imaginé par Henri Parmentier. Inauguré en 1919, il avait pour but de réunir l’ensemble des sculptures des sites archéologiques des alentours et a notamment permis de faire connaître au plus grand monde l’existence de la civilisation cham. Il s’agit d’une visite incontournable lors d’un passage dans la ville de Da Nang. Le musée abrite de véritables chef-d’œuvres dont un autel découvert à Tra Kieu en 1918. Vous pourrez aussi y en apprendre plus sur la culture cham contemporaine.

Le sanctuaire de My Son au Vietnam

Le sanctuaire de My Son au Vietnam

Le sanctuaire de My Son est sans aucun doute l’un des haut-lieux de la culture cham et du royaume Champa. Situé à environ 40km de Hoi An, cette ancienne capitale religieuse fut fondée aux alentours du IVème siècle mais fut découverte par Camille Paris à la fin du XIXème siècle. Ce grand site composé de nombreux temples-tours est entouré de montagnes couvertes de végétation, ce qui donne au site une atmosphère tout à fait unique. Le site fut classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO en 1999 et est particulièrement bien conservé. Une visite à ajouter sur votre liste lors de votre voyage au Vietnam.

>>> Et pour en savoir plus sur le sanctuaire de My Son, notre article sur le sujet

Le site de Po Nagar à Nha Trang

Le temple de Po Nagar

Les tours de Po Nagar sont situées dans la ville de Nha Trang. Ce complexe extrêmement bien préservé est situé en haut d’une colline et aurait été construit aux alentours du VIIIème siècle en honneur de Po Nagar, la fondatrice du royaume Champa. Il s’agit d’un site incontournable pour les membres de l’ethnie cham et un magnifique témoin de l’influence hindouiste dans la civilisation cham.

Le site cham de Po Klong Garaï

Po Klong Garai in Ninh Thuan

Le temple de Po Klong Garai est situé dans l’ancienne capitale du Panduranga. Ce temple fut érigé à la fin du XIIIème siècle en l’honneur d’un jeune berger du même nom qui devint roi des Chams. Ce site fut d’une importance archéologique notable puisqu’il permit à Henri Parmentier de mieux comprendre la civilisation cham et sa différence concrète par rapport à celle khmère.

En bref, ces quatre sites notables du nord au sud vous permettront de découvrir de magnifiques vestiges du royaume Champa. Notamment au travers des fameux temples-tours, tout à fait caractéristique de l’architecture hindouiste des chams.

L’histoire du peuple cham, de sa civilisation et du royaume Champa est donc fortement liée à celle du Vietnam et du Cambodge. Face à l’empire khmer, mis en avant dans romans comme « La voie royale » d’André Malraux, la civilisation cham a parfois été oubliée. Pourtant pendant plus de 1000 ans, les chams ont façonné le sud du Vietnam par le biais de leur culture unique au carrefour de l’hindouisme, de l’islam et du bouddhisme. Un voyage au Vietnam est une superbe opportunité d’en savoir plus sur une culture et un peuple qui continue aujourd’hui de faire vivre le passé glorieux du royaume Champa.

Et pour découvrir la culture cham au Vietnam :
>>> La grande traversée du Vietnam en 15 jours
>>> Le Vietnam, une mosaïque de cultures

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *