Bataille de Bach Dang

Ngô Quyen et la bataille de Bach Dang

L’année 938 est un tournant majeur de l’histoire vietnamienne. Après plus de 1000 ans de domination chinoise, Ngô Quyen, général en rébellion ouverte contre les Han du sud remporte la bataille de Bach Dang et offre au Vietnam son indépendance.

Encore aujourd’hui, cette date résonne comme l’un des moments fondateurs du Vietnam et de l’esprit vietnamien. Mais revenons sur cette bataille exceptionnelle qui a changé le cours de plus de 1000 ans d’histoire.

La genèse de la bataille de Bach Dang

1000 ans de domination chinoise

Situation géopolitique avant la bataille de Bach Dang

La domination chinoise sur le Vietnam commence en 111 av JC alors que l’Empire Han absorbe le royaume du Nam Viet. C’est cette date qui marquera le début de près de 1000 ans de domination. Malgré tout, à travers ce millénaire on trouve deux brèves périodes de liberté et d’indépendance. Cette première parenthèse arrive notamment avec la rébellion des sœurs Trung (de l’an 40 à l’an 43). La seconde arrive 500 ans plus tard (en 544) avec la fondation de la dynastie des Ly antérieurs, qui profitèrent des conflits internes de l’empire chinois pour prendre leur indépendance. Un entracte qui ne durera que 60 ans, puisqu’une fois sa stabilité retrouvée, l’imposant empire chinois reprendra le contrôle de sa province en 602.

En bref, malgré quelques courtes révoltes et espoirs d’indépendance, l’Empire de Chine maintient une forte domination sur sa province de Jiaozhi (nord du Vietnam actuel) pendant plus de 1000 ans.

L’émergence de Ngô Quyen

Statue de Ngô Quyen, héros de la bataille de Bach Dang

C’est dans ce contexte que le général Duong Dinh Nghe change la donne en 931. Il se proclame Jiedushi (gouverneur militaire), et règne de manière partiellement autonome, sans pour autant remettre en cause le pouvoir chinois. Mais en 937, durant cette période de tension et d’instabilité, Duong Dinh Nghe est assassiné par l’un de ses généraux Kieu Cong Tien.

Alors que Kieu Cong Tien se revendique à son tour gouverneur, le beau-fils et général de Duong Dinh Nghe, Ngô Quyen décide de venger son beau-père. Il réunit alors une armée pour défaire Kieu Cong Tien. Pris de panique, Kieu Cong Tien fait appel aux Han du Sud (alors souverains du Jiaozhi) pour mater la révolte grandissante de Ngô Quyen. Le souverain des Han du Sud, Liu Yan accepte dans le but de profiter du chaos dans la région pour réaffirmer son pouvoir sur sa province. Il nomme alors son fils, Liu Yuancao non plus gouverneur mais roi du Jiaozhi.

Liu Yan convoque donc une armée de fantassins et de cavaliers et se met en marche vers le sud afin de porter secours à Kieu Cong Tien. Liu Yuancao, quant à lui, réuni une puissante flotte de navires lourds et met les voiles vers l’actuelle baie d’Halong pour rejoindre l’embouchure du fleuve Bach Dang (principale voie fluviale de l’époque), débarquer ses troupes en plein cœur du Jiaozhi et ainsi réaffirmer la souveraineté des Han du sud.

Mais avant même que l’armée de l’empereur Liu Yan ne puissent passer la frontière, Ngô Quyen capture et exécute Kieu Cong Tien. Sachant l’armée des Han du sud en route, il prépare sa défense afin de résister à cette vague chinoise.

 

La bataille de Bach Dang, un tournant décisif dans l’histoire vietnamienne

Préparer la bataille

Pieux utilisés lors de la bataille de Bach Dang

Le plan des Han du sud était donc de mener l’armée de Liu Yuancao dans l’intérieur des terres par la rivière Bach Dang et d’apporter celles de Liu Yan en renfort. Sûrs de leur supériorité, les Han du sud mettent donc leur flotte en direction de l’embouchure du fleuve.

Ngô Quyen est désormais confronté à deux choix, l’un étant d’affronter l’armée de Liu Yan, l’autre, celle de Liu Yuancao. Face à la puissance de l’armée Han, le général choisi la ruse et ayant anticipé l’arrivée de Liu Yuancao par le fleuve, prépare le champ de bataille afin d’assurer un avantage sur son adversaire.

C’est ici qu’intervient un stratagème qui restera dans l’histoire vietnamienne. Sachant les navires chinois lourds et au fort tirant d’eau, Ngô Quyen pense utiliser cette force des navires chinois à leur désavantage. Il fait alors appel à des habitants de la région, analyse les marées et décide de parsemer le lit du fleuve de pieux aux pointes couvertes de fer.

Un chantier se met alors en place aux abords du fleuve. Les hommes coupent et taillent les troncs alors que les artisans battent le fer pour forger les pointes. Les pieux sont installés à marée basse de manière à ce qu’à marée haute, ils soient cachés sous le niveau de l’eau, suffisamment profondément pour que les ennemis ne puissent pas les repérer. Une fois le stratagème en place, il ne reste plus qu’à attendre que la flotte chinoise se présente.

Gagner la bataille

Scène de la bataille de Bach Dang

Dans la brume hivernale du nord du Vietnam, d’imposants navires arrivent alors dans l’embouchure du fleuve Bach Dang. Ngô Quyen envoie donc une petite flottille de bateaux à fond plat harceler l’ennemi. Sûrs de leur victoire face à ces petites embarcations et à la faible troupe de soldats, la flotte Han s’engage dans l’embouchure du fleuve Bach Dang. La flottille se retire alors, poursuivie par les Han dans leur sillage.

Alors que la marée descend lentement, la flotte Han se jette dans la gueule du loup. Le lent retrait de la mer révèle le piège mais il est trop tard. Alors que les bateaux viennent s’empaler dans les pieux plantés dans le lit de la rivière. L’armée de Ngô Quyen et sa flotte de petites embarcations se précipite sur l’ennemi, surpris par le stratagème du général. Alors que ses troupes déferlent des deux rives du fleuve Bach Dang pour prendre en étau l’armée de Liu Yuancao, les navires commencent à couler, les hommes à se noyer. Les soldats Han, harassés par leur long voyage, déboussolés par la vaillance et l’ingéniosité des hommes de Ngô Quyen, ne peuvent résister ou retourner la situation.

Liu Yuancao meurt durant l’assaut, sa flotte et son armée sont défaits. La nouvelle de la défaite et de la mort de Liu Yuancao parvient jusqu’à son père. Stupéfait par la victoire de Ngô Quyen, brisé par la perte de son fils. Liu Yan décide de faire marche arrière pour repartir dans sa capitale et abandonne définitivement ses prétentions sur la province de Jiaozhi.

 

Les conséquences de la bataille de Bach Dang

Situation géopolitique après la bataille de Bach Dang

Ce jour de 938, l’audace et l’ingéniosité de Ngô Quyen furent récompensées. Bien que cette stratégie fut osée, étant donné qu’elle reposait sur l’idée que Liu Yuancao poursuive ses troupes aveuglément et que la marée arrive au moment opportun, le talent de Ngô Quyen a été déterminant dans la victoire.

Après cette défaite, les Han renoncent donc définitivement à toutes revendications sur la province de Jiaozhi. En 939, Ngô Quyen se proclame donc roi et fonde la dynastie des Ngô, mettant ainsi fin à 1000 ans d’occupation chinoise. Il en profite pour renommer le royaume Dai Viet et placer sa capitale à Co Loa.

Le roi Ngô Quyen meurt de maladie à l’âge de 47 ans, 7 ans après avoir rendu au peuple du Dai Viet son autonomie.

Plus de 300 ans après cette victoire, en 1288, le général Tran Hung Dao employa la même technique, sur le même site pour repousser une importante invasion mongole. Et une nouvelle fois, la victoire fut totale et l’armée mongole décimée.

Aujourd’hui, de nombreuses rues et statues à travers le Vietnam portent le nom de Ngô Quyen. Il est devenu un véritable héros national, libérateur de l’oppression chinoise. Sa ville natale, Duong Lam vaut particulièrement le détour pour son intérêt historique et architectural.

 

Quelques sites à visiter pour se replonger dans l’histoire de Ngô Quyen et de la bataille de Bach Dang

Tombe de Ngô Quyen

  • Quang Yen

Une petite ville à mi-chemin entre Ha Long et Hai Phong où de nombreux pieux ont été retrouvé. Il s’agirait du site des deux batailles, même si les pieux seraient originaires de la bataille de 1288. De nombreuses fouilles archéologiques sont pratiquées dans la région et un projet de musée a été décidé. Le site permet de se rendre compte de l’environnement dans lequel la bataille s’est déroulée.

  • Hanoï

On trouve quelques pieux et de nombreuses références à la bataille de Bach Dang au musée national d’histoire de Hanoï.

  • Co Loa

La ville fut la capitale du royaume d’Au Lac de 258 à 208 av JC puis de nouveau sous la dynastie des Ngô. Des vestiges de la citadelle sont encore visibles aujourd’hui, dans le district de Dong Anh à une quinzaine de kilomètres de Hanoï.

  • Duong Lam

Le village de Duong Lam se situe à 50km de Hanoï, au bord du fleuve Rouge. Aujourd’hui, le village est notamment renommé pour ses anciennes maisons de briques qui donnent lui donne un charme particulier. Rien que pour découvrir cette architecture authentique, le village vaut pleinement le détour.

Mais ce qui lui donne également une valeur historique importante, c’est que le village est lieu de naissance de deux rois Vietnamiens. Le premier, Phung Hung et le second Ngô Quyen. En effet, le héros de la bataille de Bach Dang est né à Duong Lam. D’ailleurs, il est possible de se recueillir sur sa tombe et dans le temple en son honneur.

1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (No Ratings Yet)
Loading...
0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *