La fête des fantômes au Vietnam

Au septième mois lunaire, on fête les fantômes au Vietnam

Halloween ne dure qu’une seule nuit dans la culture occidentale, mais dans certains pays asiatiques, y compris le Vietnam, les fantômes parcourent la Terre au long du septième mois du calendrier lunaire. En effet, on croit que les portes de l’enfer sont ouvertes au premier jour de ce mois. Les esprits malfaisants émergent pour hanter les vivants tandis que les esprits bienveillants rendent visite à leurs familles pour des festins. En 2019, le septième mois lunaire débute le 1er août du calendrier grégorien. Après deux semaines d’errance sur Terre, les fantômes sont lassés et avides, il est donc particulièrement important de les garder apaisés. C’est le quinzième jour du mois, soit le 15 août que se déroule la fête des fantômes.

Les origines de la fête des fantômes

L'origine de la fête des morts au VietnamLes origines de la fête des fantômes est incertaine mais les gens croient qu’elle a pris racine il y a de plus de 2000 ans. Il agit d’un festival traditionnel pratiqué dans la plupart des pays asiatiques, influencés par le Bouddhisme et la pensée taoïste. Selon la légende du taoïsme, la fête tombe le jour de l’anniversaire du seigneur Qingxu, l’officiel céleste de la Terre. Cette divinité est responsable de juger les actes de vivants et de se décider s’il faut apporter de la fortune à la personne digne. Il peut également pardonner des fautes à ceux qui ont mal agi. Dans le bouddhisme, le festival est associé à Mulian (ou Maudgalyayana), un disciple de Bouddha. On raconte qu’il organisa une cérémonie le 15e jour du septième mois lunaire en priant le soulagement de l’esprit de sa mère, qui avait fait des actes malfaisants dans sa vie antérieure.

Le septième mois lunaire, un mois pour les défunts

Selon la conception bouddhiste, les personnes coupables seront emmenées en enfer après leur mort pour racheter les fautes qu’elles ont commis de leur vivant. Au Vietnam, ainsi que dans les autres pays asiatiques, c’est lors du septième mois lunaire que la porte des spectres s’ouvre au début du mois pour laisser sortir de l’enfer les âmes délaissées et les fantômes solitaires en quête, de nourriture et de leur repos éternel. D’ailleurs, il existe des esprits rampants qui n’appartient ni à ce monde ni au monde de l’au-delà. Ces esprits peuvent être décédés de mort violente ou des disparus dont le corps n’a pas été retrouvé. Ils sont probablement abandonnés par leurs familles qui ne pratiquent plus le culte des défunts. Par conséquent, ils n’ont pas trouvé de lieu de repos et ne peuvent pas rentrer dans la roue des incarnations. Ou encore, les plus craints, les esprits souffrants qui ont été maltraités durant leur vivant, dérangeront les vivants en cherchant à assouvir leur vengeance. Enfin, ces esprits sont obligés de retourner en enfer lorsque la porte de l’enfer se ferme le 30e jour au grand soulagement des vivants.

Le jugement du roi de l'enfer

À l’occasion de la pleine lune du septième mois lunaire se déroulent deux fêtes importantes pour les Vietnamiens, chacune concernant le culte des esprits mais leurs significations sont nettement différentes. Influencée par le Bouddhisme, la fête des fantômes coïncide avec la fête de Vu Lan, la translittération vietnamienne d’Ullambana. Se déroulant le même jour et appelée généralement par un nom commun « La pleine lune du septième mois lunaire », ou Răm thang bay, ces deux fêtes se confondent souvent dans leurs légendes et leurs rituels.

La fête des fantômes ou la fête du pardon des trépassés

Le repas végétalien lors de la fête des fantômes au Vietnam

Comme son nom l’indique, la fête des fantômes est dédiée aux trépassés. Les Vietnamiens préparent toujours deux festins copieux au cours de la journée. L’un est déposé sur l’autel afin de rendre hommage aux esprits des proches et des ancêtres. L’autre destiné aux âmes errantes est mis devant la maison ou sur les trottoirs. Les repas sont végétariens avec du riz, du porridge, des fruits, des bonbons, des bâtons d’encens pour régaler leurs sens et des bougies pour les guider dans l’obscurité.

Supposés être représentés avec un long cou mince et un énorme ventre, punition pour leurs graves péchés commis lors de leur vivant, les esprits malfaisants sont toujours affamés et assoiffés. C’est pourquoi les vivants, pris, leur font des offrandes et les invitent à venir festoyer pour les sauver de la souffrance. De plus, cela peut aider à leur réincarnation et empêcher les esprits coupables de faire plus de mal aux vivants. Ainsi, ces âmes seront pardonnées et retrouveront un jour leur forme humaine. Après le culte, on leur brûle de la monnaie de papier, suffisamment pour subvenir à leurs besoins de l’année et même parfois leur envoient par le même procédé un moyen de transport pour leur retour aux enfers.

La fête de Vu Lan ou la fête des parents

La pagode lors de la fête des fantômesLa fête de Vu Lan, quant à elle, est une occasion où les enfants montrent leur gratitude et leur piété filiale à leurs parents. Son origine est liée à la légende bouddhiste que nous avons mentionné au-dessus, l’histoire de Mulian. L’un des disciples les plus proches de Bouddha, Mulian avait atteint l’illumination. Il eut une vision de sa mère souffrant en tant que fantôme affamé. Avec ses pouvoirs, Mulian fournit un bol de riz à sa mère. Cependant lorsque la nourriture atteignit ses mains, elle s’est enflammée et fut transformée en charbon de bois. Attristé, Mulian alla demander conseil à Bouddha.

À ce propos, Bouddha lui dit que sa mère subit des punitions pour avoir été malfaisante dans sa vie passée. Pour la sauver de la souffrance, Mulian et d’autres moines prièrent et offrirent volontairement de la nourriture à la communauté bouddhiste chaque pleine lune du septième mois lunaire. Les prières étaient considérées comme plus efficaces lorsqu’il s’agissait d’un effort collectif. Ayant obtenu ses mérites, accumulés par les prières, sa mère obtint finalement la libération.

En ce jour, les gens vont prier à la pagode dans le but de souhaiter la bonne chance et la santé à leurs parents. Pendant la cérémonie, les participants portent une rose sur la poitrine qui leur rappelle la gratitude et l’appréciation. Les roses rouges sont destinées aux parents qui vivent tandis que les blanches servent uniquement à ceux dont les parents sont décédés. À cette occasion, les rivières sont également éclairées par des centaines de lanternes flottantes en papier, notamment dans la ville de Hoi An. Durant le jour de pleine lune où la ville éteint ses lumières et stoppe la circulation automobile pour se transformer en une vieille ville illuminée uniquement par la lueur des chandelles, on lâche des lanternes lumineuses sur les rivières en priant les grâces pour les esprits et les meilleures choses pour la famille et les proches.

>>> Pour en apprendre plus sur Hoi An, ses incontournables, quand partir, quoi manger, c’est par ici

La fête des fantômes à Hoi An

Ces deux événements sont célébrés le même jour de la pleine lune du septième mois lunaire mais la fête des fantômes est généralement préférée au Nord alors que la fête de Vu Lan domine dans le sud. Ils sont un beau trait culturel asiatique rappelant la pitié filiale, la grâce et la charité.

Un moment à découvrir et à partager avec les Vietnamiens !

Et pour découvrir le Vietnam sous son plus beau jour :

>>> La grande traversée du Vietnam en 15 jours
>>> Le Vietnam, une mosaïque de cultures
>>> Une balade vietnamienne en famille

 

Cet article vous a intéressé ? Dites le nous ! 1 étoile2 étoiles3 étoiles4 étoiles5 étoiles (1 votes, average: 5,00 out of 5)

Loading...

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *