Les trains de Birmanie

Une voyage à travers les plus beaux itinéraires en train de Birmanie

Le « slow travel », ou littéralement « voyage lent », consiste à apprécier ce que nous faisons, mangeons ou la manière dont nous voyageons de manière moins rapide. Pour ce tourisme de patience, le train peut être considéré comme un moyen de transport privilégié pour découvrir un pays en profondeur, car ce qu’il apporte, c’est bien davantage que de se déplacer entre des points. Un voyage en train, c’est souvent l’occasion de découvrir des paysages inoubliables, un pan de l’histoire oublié et la population locale au cœur de sa vie quotidienne. Les trains birmans, qui ne sont pas entièrement modernisés, vous apporteront une expérience de voyage complètement authentique et différente par rapport à un séjour en Europe ou ailleurs. Enlevez vos chaussures, relaxez-vous et profitez du paysage magnifique défilant lentement devant vos yeux !

Les trains de Birmanie

Thazi – Shwe Nyaung : une route pittoresque vers le lac d’Inlé en train

Le « train lent depuis Thazi » constitue probablement le mot-clé le plus recherché parmi la communauté des voyageurs en Birmanie. Comme son nom l’indique, le train part lentement depuis Thazi, une ville située dans la région de Mandalay, et se termine à Shwe Nyaung où se situe le célèbre lac d’Inlé. En couvrant une distance de 247 km avec la vitesse moyenne de 20km/h, le trajet peut prendre de 10 à 11 heures. Alors, qu’est-ce qui rend ce très lent voyage en train unique, à tel point que de nombreux voyageurs y sacrifient presque une journée ?

Les paysages à travers les voyages en train de Birmanie

La première heure à bord du train peut en fait vous décevoir en raison du paysage ne pouvant pas aussi spectaculaire que vous attendez. Mais ensuite, le train vous amène à environ de 1500m au-dessus du niveau de la mer en montant les montagnes, sillonnant les sublimes routes aux virages serrés et parcourant le pont célèbre reliant les villes de Payangazu et Yin Mar Bin. Puis le voyage est accompagné de vues fantastiques sur les vastes plaines de l’État Shan, les villages des locaux et leurs champs de cultures traînant le long des pistes.

Les ponts ferroviaires spectaculaires de Birmanie

L’intérieur du train est aussi intéressant lorsque le train arrive à la gare, ou autrement dit, à un marché du village. Durant la pause, des dizaines de vendeurs ambulants affluent dans le train et ce dernier se remplit bientôt de produits locaux, de toutes sortes de fruits, de spécialités culinaires et de souvenirs. Les négociations et les transactions sont effectuées à bord du train, voire à travers les fenêtres du train. Cette scène se répète dans les prochains arrêts, chaque fois avec des marchandises différentes vendues. Après la contemplation du paysage, c’est une bonne occasion de s’immerger dans la vie locale.

Les gares de train de Birmanie

La première gare se situe à la ville de Kalaw de l’État Shan, un point de départ de nombreux treks menant au lac d’Inlé. Depuis là, vous pouvez opter de descendre pour le trek au lac d’Inlé ou continuer le voyage en train pendant encore 4 heures à Shwe Nyaung. Depuis ce terminal, il est possible de refaire le trajet en sens inverse. Les trains 147 et 141 partent de Thazi à 5h et 8h et arrivent à Shwe Nyaung à 15h et 18h20. Les trains 142 et 148 partent de Shwe Nyaung à 7h et 11h et arrivent à Thazi à 17h20 et 21h45. En particulier, le prix du billet de train est incroyablement abordable. Avec 3000 kyats, équivalent à environ 2€, vous avez un siège de première classe. Sinon, ça vous coûtera seulement 1300 kyats (0,8€) pour un trajet plus authentique en classe ordinaire auprès des locaux.

>> À la découverte du lac d’Inlé et la fabrication traditionnelle du cigare birman

Mandalay – Lashio : un trajet pour les amateurs de sensations fortes

Le voyage en train depuis la ville royale de Mandalay vers Lashio constitue probablement le trajet le plus excitant et prisé parmi toutes les excursions ferroviaires en Birmanie. Le point culminant du voyage est la traversée du viaduc de Gokteik. Situé à Nawnghkio, dans l’État Shan, celui-ci est un pont ferroviaire construit en 1899 sous la colonisation britannique. Long de 689 mètres et haut de 102 mètres, ce géant aux pieds d’acier fut, à son inauguration en 1901, le plus grand pont à tréteaux et le deuxième pont le plus long du monde. Il reste aujourd’hui le pont le plus haut de Birmanie et un chef-d’œuvre de niveau mondial. Le viaduc de Gokteik ne comporte qu’une voie ferrée qui est empruntée deux fois par jour par le train reliant Mandalay à Lashio.

Le viaduc de Gokteik en Birmanie

Après le départ depuis Mandalay, vous parcourrez des paysages à couper le souffle pendant environ 3 heures pour atteindre le viaduc. En arrivant avant celui-ci, le train s’arrête pour un moment et puis le traverse tout doucement. Cela donne d’abord à tout le monde un petit doute lorsque le train rampe le long de la vieille voie étroite sans rails de sécurité de chaque côté avec un violent balancement latéral des wagons. Mais cette incrédulité initiale disparaîtra rapidement à mesure que vous vous penchez par la fenêtre pour contempler des beaux paysages spectaculaires de la gorge profonde bâillant 250 mètres plus bas avec des cascades et des rivières coulant dans les vallées boisées. Le train roule à peine à 5km/h, laissant ainsi le temps à chacun de mitrailler le paysage avec son appareil photo. À noter, installez-vous à la fin du train pour capturer la longueur du corps de train se courbant et se dirigeant vers les collines.

La vue au dessus du viaduc en train

Ce voyage incroyable, traversant ce qui était autrefois le plus grand pont à tréteaux du monde et est toujours le plus haut pont de la Birmanie, vous coûte de 700 à 5550 kyats (0,5 – 3,5€), en fonction du type de classe et de vos trajets. L’expérience du viaduc de Gokteil peut se faire en excursion d’une journée au départ de Mandalay. Une fois le viaduc passé, il est possible de descendre du train à la gare de Nawngpeng et de repartir en arrière pour revivre le trajet dans l’autre sens ou se rendre à Pyin Oo Lwin, une station climatique appréciée des Birmans. Sinon, vous pouvez continuer votre trajet en direction de Lashio en passant le point de trek célèbre de Hsipaw. Pour bien préparer votre voyage, consultez les horaires du train et gardez bien en tête qu’il n’a que deux trains qui suivent ce trajet chaque jour.

>> Pyin Oo Lwin, le jardin de fleurs de Birmanie

Un pan de la vie locale, le train circulaire de Yangon

À Yangon, une attraction touristique impliquerait de rester assis pendant trois heures dans un vieux train à très faible vitesse et non climatisé. Ça a l’air incroyable mais circuler dans le vieux train circulaire de Yangon est une aventure des plus fascinantes et hors de sentier battus. Un véritable voyage dans le temps vous transportant en arrière et surtout au cœur de la ville locale et quotidienne de la ville. Cela peut montrer les bons comme les mauvais côtés mais a le mérite de montrer une certaine vérité et authenticité.

La vie locale dans le train circulaire de Yangon

Comme beaucoup d’autres dans la ville, qui s’immergent encore dans des décennies d’isolement sous le régime militaire, le train circulaire de Yangon est un morceau de passé qui fonctionne. En effet, ce train, c’est avant tout le reflet d’une période historique de la Birmanie, celle de la colonisation britannique de 1824 à 1948. D’une longueur de 45,9km, il fait une boucle composée de 39 stations autour de Yangon, ce qui rend très pratique pour les habitants de se déplacer en ville et de vendre leurs marchandises.

Un marché local à un arrêt de train

Beaucoup moins cher que le bus, le train est sans aucun doute le moyen de transport préféré pour de nombreux marchands. Il ralentit pour permettre aux passagers de monter et de descendre rapidement. Les vendeurs montent avec beaucoup de dextérité, se balancent à bord tout en équilibrant les paniers de produits de façon précaire sur leur tête. Toutes sortes de fruits, légumes et aliments ainsi que les cigarettes, les chiques de bétel sont vendus. Ainsi, les wagons se transforment rapidement en un marché en mouvement trépidant. Cette effervescence est contrebalancée par le calme des moines regardant par la fenêtre ou des enfants endormis sur les jambes de leurs parents.

Malgré le trajet agité et lent, circuler dans les vieux trains en Birmanie constitue toujours une expérience immanquable lors de la visite du pays et des pagodes pour s’immerger dans la vie locale et des paysages naturels à couper le souffle. Pour préparer votre voyage lent en Birmanie, n’oubliez pas de bien consulter les horaires des trains, de vous habiller confortablement et d’apporter de la nourriture et de l’eau car les trajets peuvent durer pendant une dizaine des heures. Alors, êtes-vous prêts pour un voyage en train lent en Birmanie ?

Et pour découvrir la Birmanie par les rails :
>>> De Bagan au lac Inle en 12 jours
>>> La boucle birmane, de Yangon à Mandalay

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *