Mode vestimentaire au Vietnam

Un voyage dans la mode au Vietnam

Lorsque l’on parle de mode au Vietnam, on pense toujours à l’ao dai ou la tunique traditionnelle vietnamienne. Pourtant, peu de gens savent que cette tunique symbolique est relativement récente dans sa forme actuelle puisqu’elle date du début du XXe siècle. Dans cet article, nous n’allons pas seulement vous parler de l’ao dai mais aussi de la diversité vestimentaire des Vietnamiennes depuis la fondation du pays il y a 4000 ans.

Alors qu’il est rare de trouver des images ou des informations sur la mode vietnamienne depuis des milliers d’années, l’infographie réalisée par l’artiste Nancy Duong se présente comme un document assez complet et fidèle sur l’évolution des tenues féminines vietnamiennes depuis près de 4000 ans. Elle fut reproduite à partir de matériaux de référence historiques tels que des images, des peintures et des statues anciennes.

Infographie sur la mode vestimentaire au Vietnam par Nancy Duong

La mode vestimentaire à la fondation du pays (2000 av-J.C – 200 après-J.C)

Représentation d'une femme sur un manche d'épéeEn raison des près de 1000 ans de domination chinoise, le vêtement vietnamien partagea inévitablement des caractéristiques avec Hanfu. Quoi qu’il en soit, il y avait des différences significatives. La période de 2000 av-JC à 200 après-J.C précéda l’influence chinoise et marqua la période primitive du pays. Ainsi, les traits vestimentaires de l’époque étaient complètement locaux. Comme cette période marqua également le fort développement de la culture du bronze Dong Son, les motifs vestimentaires étaient inspirés par ceux sur les tambours ou les manches de couteau de bronze. Les femmes portaient souvent des chemises courtes serrées et fendues sur le devant dans lesquelles elles portaient des bavettes à col rond. Leur ceinture était ornée de trois rangées des lignes obliques équidistantes autour de la taille.

Aujourd’hui, il est possible de retrouver les vestiges de ce genre de tenue féminine dans les coutumes traditionnelles des ethnies minoritaires au nord du pays. En effet, quelques ethnies s’y sont installées il y a très longtemps et vivaient dans les forêts ou sur les montagnes, de sorte qu’elles n’étaient pas influencées par la culture chinoise.

 

Sous les dynasties de Ly et Tran (XIe – XVe siècle)

Mode au Vietnam sous la dynastie Ly

Ces dynasties étaient considérées comme la période de la renaissance de l’ancienne culture vietnamienne sur la base de la restauration de l’indépendance nationale et du maintien de la souveraineté après l’occupation chinoise pendant 1000 ans. L’esprit d’autonomie s’est montré par le fait que les rois Ly n’utilisaient plus les tissus de la dynastie Song pour confectionner leurs costumes, mais employaient des tissus fabriqués dans le pays. Les motifs décoratifs n’étaient pas plus simples ou plus primitifs. Ils étaient des motifs significatifs pour les locaux en montrant l’harmonie entre la nature et la vie humaine. La forme des vêtements a changé par rapport à celle des tenues primitives et inspirée par celle de la dynastie de Tang et Song.

Reproduction d'une tenue traditionnelle vietnamienne

Les femmes portaient généralement 3 à 5 couches de vêtements, une bavette, une longue jupe et une tunique Giao Linh portée à l’extérieur étaient indispensables. Le Giao Linh était une robe à col croisé traditionnelle portée par les Vietnamiens depuis XIe siècle jusqu’au XVIIIe siècle et est considéré comme la tenue la plus ancienne d’Orient. Elle était fendue sur les côtés avec des manches longues et larges et nouée par une ceinture en tissu sur la taille. D’ailleurs, les femmes pouvaient porter une autre jupe courte, appelée Thuong, à l’extérieur de la longue jupe et une robe à col rond enfilée par la tête sur le haut comme les femmes de la dynastie de Tran. L’image 4 représente le vêtement des femmes nobles tandis que l’image 5 est celui des danseuses dans le palais.

Étant inspirée par la mode féminine de la dynastie Tang et Song, les femmes nobles Ly et Tran portaient souvent une longue Thuong couvrant la jupe intérieure et nouaient une ceinture en tissu autour de la poitrine. D’ailleurs, elles pouvaient porter une tunique ouverte devant, appelée Doi Kham, en révélant les couches de vêtements à l’intérieur. Ce genre de tenue était plus populaire durant la dynastie de Mac (fig.6). Les tissus utilisés pour les costumes nobles étaient fins et souples.

 

La mode vietnamienne sous la dynastie des Le (XVe – XVIIIe siècle)

La dynastie Le, la plus longue dynastie féodale de l’histoire, a connu une grande diversité des costumes féminins. Généralement, elles étaient sophistiquées avec de nombreuses couches de vêtements de couleur vive. La dynastie des Le était divisée en deux, Le So (Le postérieur) et Le Trung Hung (Le restauré), en raison de l’interruption de la dynastie Mac. Les tenues nobles de la dynastie Le So du XVe au XVIe siècle restaient inchangées avec la longue jupe, Thuong, Giao Linh et Doi Kham, et étaient brodées de lotus.

Infographie de la mode vestimentaire au Vietnam

La diversité vestimentaire était reconnue depuis la dynastie Le Trung Hung tant chez les femmes nobles que chez les femmes populaires. Elles portent généralement dans l’ordre : la bavette, le Giao Linh ou le Vien Linh (ressemblant au Giao Linh mais plus court, son col était rond et enfilé par la tête) et enfin le Doi Kham. Sur le bas, c’était toujours une longue jupe et une jupe Thuong à l’extérieur. Le Giao Linh était parfois mis dans la jupe Thuong. La reine portait encore un gilet enfilé par la tête, appelé Anh Lac, une sorte de vêtement dédiée aux femmes pratiquant le Bouddhisme.

La mode vestimentaire au Vietnam

Le Giao Linh n’était porté qu’au Sud du pays jusqu’au milieu du XVIIIe siècle lorsque le pays était divisé en deux : le Nord était gouverné par le Seigneur Trinh et le Sud par le Seigneur Nguyen. Afin de montrer l’esprit d’indépendance et se distinguer des nordistes, le Seigneur Nguyen modifia le code vestimentaire, conduisant par la suite à l’identité des vêtements des Vietnamiennes. Les femmes portaient un pantalon recouvert d’une tunique à col tenant, boutonné sur le côté droit avec les manches serrées alors qu’au nord les femmes continuaient de porter les longues jupes et le Giao Linh. Cette nouvelle tunique, ou la tunique Ngu Than (la tunique aux cinq pans), est considérée comme la version primitive de l’ao dai actuel.

 

La mode vietnamienne sous la dynastie des Nguyen (XIXe – XXe siècle) à aujourd’hui

Tenue traditionnelle tonkinoise

Après la réunification nationale par la dynastie Nguyen au début du XIXe siècle, le roi Minh Mang interdit la jupe dans tout le pays qui, selon lui, s’opposa aux principes confucéens. Cependant, une partie des femmes populaires du Tonkin s’opposa à ces interdictions en continuant de porter la tunique Tu Than (la tunique aux quatre pans évoluée du Giao Linh qui s’adapte aux travaux agricoles difficiles), la longue jupe et le chapeau Quai Thao. Ainsi, ces anciens vêtements des Tonkinoises sont bien conservés parallèlement au développement de l’ao dai jusqu’à aujourd’hui.

Les membres de la famille royale, quant à elles, portaient des vêtements royaux ornés de phœnix avec des motifs décoratifs très sophistiqués. Dans la vie quotidienne, la reine, les concubines et les princesses portaient la tunique Nhat Binh (une sorte de la tunique Doi Kham) qui était considérée comme une tenue typique de la dynastie de Nguyen

Mode vestimentaire au Vietnam

Différente de la tunique Tu Than dont deux pans arrières cousus en une pièce et deux pans avant séparés, la tunique Ngu Than a cinq pans cousus en une pièce et est portée par les Cochinchinoises et les Tonkinoises nobles. Le Ngu Than descendant aux genoux était large et mal ajusté aux corps des femmes, ce qui conduisit aux modifications du Ngu Than à l’Ao Dai, le symbole esthétique des Vietnamiens, au XXe siècle. À partir des années 1930s, de nombreuses variations sont effectuées pour mettre en valeur la silhouette féminine en flattant leur corps. Ainsi, après sa longue histoire de 300 ans, l’Ao Dai est devenu l’identité vestimentaire des Vietnamiennes.

L'ao dai d'aujourd'hui, point d'orgue de la mode au Vietnam

 

Pour admirer les anciens vêtements des Vietnamiennes

Si vous souhaitez en savoir plus sur les anciennes tenues féminines du Vietnam, il est possible de se rendre aux musées ci-dessous où l’on expose les vestiges, les statues représentant les femmes célèbres dans l’histoire avec leurs coutumes de l’époque et encore les versions imitées des vêtements traditionnels.

Musée des Beaux-Arts du Vietnam – 66 Nguyen Thai Hoc, Ba Dinh, Hanoi

>>> Notre article sur le Musée des Beaux-Arts du Vietnam

Musée des Femmes Vietnamiennes – 39 Ly Thuong Kiet, Hoan Kiem, Hanoi

>>> Notre article sur le Musée des Femmes Vietnamiennes de Hanoi

Musée des antiquités royales de Hue – 3 Le Truc, la ville de Hue

Musée des Beaux-Arts de Saigon – 97A Pho Duc Chinh, District 1, Ho-Chi-Minh Ville

Musée des Femmes du Sud du Vietnam  – 200-202 Vo Thi Sau, District 3, Ho-Chi-Minh Ville

Musée de l’Ao dai – 206/19/30 Long Thuan, District 9, Ho-Chi-Minh Ville

 

Et pour découvrir le Vietnam, sa culture et sa mode, rendez-vous sur Carnets d’Asie.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *