Les femmes girafes de Birmanie au travail du tissage

En visitant le village de Ywama dans le lac Inle, dans l’État Shan en Birmanie, vous croiserez sans doute les femmes girafes s’activer au tissage à la main. Si vous disposez d’un guide local, vous aurez alors la chance d’écouter leur histoire entre culture et mystère. Les femmes girafes ou les femmes au long cou sont l’une des images les plus emblématiques de la Birmanie.

>>> Le tissage traditionnel du lotus en Birmanie

Les femmes girafes de BirmanieLa Birmanie est un pays multi-ethnique avec près de 135 tribus dont la tribu à long cou Kayan ou Padaung. Ils vivent non seulement en harmonie avec la nature, mais gardent également de nombreuses coutumes uniques jusqu’à aujourd’hui. Y compris le port de nombreux colliers pour avoir un cou plus long.

Les femmes girafes de Birmanie, qui sont-elles ?

Les Padaung, également connu sous le nom Kayan, sont un sous-groupe de peuple Karen Rouge. Beaucoup de gens croient qu’ils viennent d’un des villages Karen en Thailande dans les environs de Chiang Rai. Mais cette tribu vient en fait d’une petite région à l’est du Myanmar : Loikaw – capitale de l’État Kayah. En 1990, une partie de l’ethnie Kayan est partie en Thaïlande à cause d’un conflit avec le régime militaire birman. Ils y vivent près de la frontière du nord, du côté de Chiang Rai.

Pourquoi portent-elles le collier-spirale ?

Les femmes expliquent qu’elles cherchaient à se rendre plus laide que d’autres pour éviter d’être victimes de la traite d’êtres humains. Selon une autre légende, un chef de tribu rêvait et prévoyait qu’un mercredi, au moment de l’accouchement de sa fille, un tigre viendrait attaquer les villages alentours pour casser le cou des femmes. Après son rêve, il a décidé que tous les enfants nés un mercredi devraient porter un collier et qu’ainsi le tigre ne viendrait pas. Ainsi, elles croyaient donc que les colliers apportaient une protection magique.

De nos jours, on compte près de 7000 femmes girafes. Quand les filles atteignent 9 ans, elles commencent à porter le collier. Celui-ci est remplacé par une spirale plus longue au fur et à mesure de leur croissance. Plus les colliers sont portés, plus leur cou s’allonge. Une femme adulte peut avoir jusqu’à 35 colliers avec un poids d’environ 10kg. Ces colliers ne peuvent pas s’enlever, où elles risqueront de casser leur cou facilement.

L’identité culturelle des femmes girafes Padaung

Il serait inopportun de penser que ces femmes ne sont pas heureuses de ce trait culturel si spécifique à leur culture. Selon leurs croyances religieuses, les filles Kayan préfèrent généralement s’embellir de cette manière traditionnelle. Pour elles, plus leur cou est long, plus leur beauté est grande et la richesse et le pouvoir de leur famille importants. Les femmes portent non seulement des colliers mais aussi des bracelets. Cependant, la partie la plus attrayante de leur corps est toujours leur long cou.

Les colliers en spirale des femmes girafes de Birmanie

Cette coutume se perpétue jusqu’à aujourd’hui et devient une partie indispensable de la tribu de Padaung dans le lac Inle et d’autres régions. Beaucoup de femmes de cette ethnie essaient d’accoucher un mercredi et si c’est une fille, elle serait une «enfant du mercredi chanceux».

Les femmes ne retirent jamais les anneaux car ces derniers sont une partie d’elles. De plus, enlever le collier est une punition pour une femme qui trahit son mari.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *